Méditer sans se casser le bicyk

Voilà maintenant plus de deux ans que j’accompagne les gens à travers la méditation guidée, adultes et enfants. Il n’y a pas une semaine sans que j’entende ou lise des commentaires comme : Bin moi, méditer, j’y arrive pas.

J’ai parfois envie de crier haut et voir : Cesse de te casser le bicyk avec la méditation! Enfants, adolescents, adultes peuvent mériter. Ton chien ou ton chat y parviennent également 😉

Donc, en rafale, on va mettre au clair le top 5 des principales problématiques rencontrées.

  • Je n’arrive pas à ne penser à rien

Ne penser à rien, c’est l’un des plus gros mythes liés à la méditation. Le but de la méditation est de créer de l’espace entre les pensées. Et non toutes les balayer. On va mettre quelque chose au clair : il te viendra toujours des pensées lors de ta méditation. Point. En s’enlevant ce but, en défaisant cette vision de la méditation, tu t’ouvres les portes à vivre une expérience méditative libre de stress et de pression.

Lorsqu’une pensée se présente, observe là et laisse là aller. Reviens dans l’ici et maintenant, sur ta respiration, sur ce que tu ressens dans ton corps. N’abandonne pas lorsque tu perçois une pensée intrusive.

  • Je ne suis pas bien lorsque je demeure assise trop longtemps

Tu n’es pas confinée à demeurer assis en tailleur pendant ta méditation. Tu n’es pas une statue de Bouddha. L’important est de trouver une posture qui t’es confortable. Si tu t’allonges, soit, prends toutefois garde à ne pas t’endormir. Tu peux adapter ta méditation pour qu’elle te permette de te mouvoir. Le coloriage de mandala, la méditation marchée en sont de bons exemples. Sors de la boîte et vis ta méditation comme tu le sens!

  • Je n’ai pas le temps

Tu peux très bien méditer de temps en temps, quand tu en ressens le besoin. Tu ressentiras des bienfaits et approfondiras ta pratique graduellement. Tu peux faire le choix d’intégrer la méditation à ton quotidien. Commence par 3 à 5 minutes par jour. Tu prends plus de temps à regarder tes réseaux sociaux, j’en suis certaine. Tu as le temps, si tu choisis de le prendre.

  • J’ai la bougeotte

Rends-toi confortable. Apprend à faire la différence entre bouger parce que tu n’es pas confortable, que tu as une crampe, ou autre et bouger parce que ce que tu ressens, ce que tu vis, ne te rend pas confortable. Avec le temps, l’observation, tu en saisiras la nuance. Donne-toi une chance, fais toi confiance.

  • Je ne sais pas si je respire bien

La respiration est un bon objet de concentration pour faire de l’espace entre tes pensées et te ramener à l’instant présent. Elle n’a pas à être parfaite. J’ajouterais même que si ta respiration t’angoisse, tu peux utiliser d’autres moyens de ramener ton attention. Tu pourrais, par exemple, porter ton attention sur la flamme d’une bougie. Ou encore, te répéter un mantra. N’hésite pas à t’amuser et créer la méditation qui te convienne.

 

J’espère que j’ai pu t’éclairer afin que tu puisses intégrer la méditation dans ta vie, sans pression. Si la méditation te semble encore un peu difficile, je t’invite à faire l’essai de méditations guidées. Il s’agit d’une belle porte d’entrée pour débuter. Je t’en offre justement 5 méditations gratuites pour te libérer du stress et dormir mieux sur Ma voix, ta voie. Souviens toi de méditer pour toi, comme toi tu veux et de la façon dont tu es bien. Sois douce envers toi-même, il n’y a aucune place pour la performance dans la méditation.

 

Tania Boucher

Maman de trois garçons, entrepreneure et fondatrice de Ma voix, ta voie, mon intention est d’aider les gens à ralentir pour s’accomplir. Je suis une grande rêveuse, une amoureuse du bien-être, des artisans québécois et du slowliving. Je crois que la vie passe trop vite pour se prendre au sérieux, c’est donc cet esprit que je souhaite transmettre via mes articles sur le blogue. www.taniaboucher.com